être pour ou contre la vaccination covid 19

Un an après l’arrivée de la Covid-19 : être pour ou contre la vaccination en 2021

Il y a un an, jour pour jour, la France se figeait avec l’arrivée du premier confinement et un profond bouleversement dans nos vies. Une année complète que nous vivons sous cloche. Nous sommes toujours sous couvre feu et certains départements sont encore confinés le weekend. La situation devient réellement complexe, tendue même, sur tous les plans. Fatigue psychologique, sensation de manque, stress, isolement, conséquences physiques sans parler des incidences sur l’économie. Différents variants sont maintenant prépondérants et à ce jour, 90762 personnes sont directement décédées d’une contamination par le virus. Pourtant les laboratoires ont travaillé dur pour élaborer et proposer différents vaccins. Le personnel médical se bat toujours et reste sous tension dans les établissements de soins et en réanimation. Début 2021, la vaccination a débuté, très doucement. Que cela soit à titre personnel, familial, professionnel ou encore à titre individuel ou collectif, la question d’opter ou non pour la vaccination se pose dans les foyers français.

Le deux mars dernier, j’ai demandé à ma communauté Instagram, sans jugement, si elle était pour ou contre la vaccination contre la Covid-19 au travers d’un sondage. Mais ce lundi 15 mars, une annonce présidentielle est venue de nouveau bousculer la stratégie vaccinale. Malgré cela, je tiens tout de même à retracer les échanges que j’ai eu avec vous.

Les participations au sondage ont été relativement nombreuses compte tenu de mes statistiques habituelles sur les réseaux sociaux. Pour certains, la réponse à la question a été instantanée, claire et souvent justifiée, qu’elle soit positive ou négative. Pour d’autres, de nombreux doutes et questions persistent encore quant à leur envie ou état d’esprit face à la vaccination. Je joue le jeu en retour et vous donne en fin d’article mon avis et mon expérience personnelle. L’occasion de poser des mots en écho à mon premier article sur le sujet.

Être pour ou contre la vaccination Covid-19 en 2021 ?

C’est tout simplement LA question qui fait partie de notre quotidien. Cet article je l’ai remanié des dizaines de fois. Je pensais le publier ce soir, plutôt au moment même où j’écris, soit le lundi 15 mars 2021. Mais une nouvelle vient de tomber. Le Président de la République, Emmanuel Macron, himself, revient sur les déclarations de son premier ministre et du ministre de la santé quelques heures plus tôt et appelle à la suspension provisoire des vaccinations sous AstraZeneca dans le souci du principe de précaution. Dans l’idéal, je me suis dis qu’il faudrait refaire un sondage compte tenu des nouvelles. Mais je maintiens l’idée que les chiffres parlent d’eux mêmes et vos réflexions aussi.

Ma communauté Instagram est, en moyenne, composé à 74% de femmes, 26% d’hommes âgés de 20 à 50 ans. Le formulaire est resté disponible en ligne pendant 24 heures.

Le résultat final du sondage donne 65% de POUR et 35% de CONTRE. Beaucoup ont argumenté leur vote par la suite. Après avoir regroupé leurs retours, j’ai dressé 3 catégories logiques, ceux contre la vaccination, ceux pour et la dernière que j’ai appelé les indécis. J’avais promis de laisser la parole aux membres de ma communauté sur le sujet, j’ai donc repris leurs mots, en italique, en guise de témoignage.

  • disclaimer: L’article n’est pas là pour éveiller les sens ou susciter de l’animosité ou des polémiques. Je trouve simplement intéressant de voir ce que VOUS pensez et le retranscrire dans le respect de la liberté de pensée de chacun.

CONTRE LA VACCINATION COVID

35% des participants ont manifesté leur opposition aux vaccins. Ils ont, pour quelques uns, exprimé leurs ressentis par des témoignages francs. Je les remercie sincèrement de s’être ouverts à moi. Le fait que le vaccin ne soit pas sur ou encore trop récent est un des points qui est revenu le plus régulièrement. D’autres personnes m’expliquent avoir contracté des pathologies suite à des vaccinations dans le passé. N’étant pas scientifique je ne me permettrai pas de poser une contre argumentation. Ce n’est pas mon rôle ici, vous l’avez bien compris.

Photo de alleksana sur Pexels.com

La compréhension claire de la situation et le niveau de défiance des français sont des plus légitimes. Du matin au soir depuis plus d’un an, nous entendons de tout. Du catastrophisme le plus outrancier au martèlement de pensées négatives. Le seul triste et affreux constat que nous pouvons concrètement faire est la réalité de cette pandémie. Le nombre de personnes atteintes par la Covid-19 augmentent, la courbe des décès ne cessent de monter.

Je n’ai pas recensé beaucoup d’avis ou de confessions de la part des personnes s’exprimant contre la vaccination. Un témoignage est revenu souvent – celui du manque de recul.

« Pour ma part, NON. Car personne ne sait encore si c’est pour s’immuniser soi même ou les autres. Et aussi quand un vaccin SUR sortira, peut être que je le ferai » B.

« Pas assez de recul et (je pense) pas efficace sur les différents variants»

« CONTRE car par assez de recul à long terme »

« Non. Polyarthrite à 17 ans suite au vaccin de l’Hépatite B. Donc non, je ne me referai pas vacciner avec un nouveau machin » M.

Puis j’ai aussi reçu ce récit « J’étais CONTRE au départ, pas assez de recul, je suis pas une cobaye et j’en passe…puis j’ai commencé à être mal…j’en ai longuement discuté avec mon conjoint et mes enfants…et personnellement maintenant je suis POUR. Il va bien falloir qu’on agisse pour pouvoir sortir de ça » G.

POUR LA VACCINATION 

Nous sommes tous fatigués moralement. Nous avançons, travaillons. Surtout travaillons, c’est le mot. Travailler pour payer les factures, travailler pour maintenir l’emploi, travailler pour développer ses diplômes, faire évoluer nos conditions. Je nous trouve vachement forts personnellement. … Nous avançons en pensant à nos libertés retrouvées. Pour certains, c’est aller s’immerger dans la salle obscure d’un cinéma, d’autres boire un café en terrasse seul(e) avec un bon livre, un resto sur le pouce, un diner romantique à la nouvelle table en vogue du coin, partir à la visite d’un musée d’art moderne, voyager librement, prendre un avion.

Je pense que ces sentiments sont partagés par tous. Quelque soit d’ailleurs l’ état d’esprit de chacun face à la crise sanitaire et économique que nous traversons.

Photo de Alena Shekhovtcova sur Pexels.com

Je vais nous remettre un peu en situation. Flashback complet, on rembobine la cassette… Il y a un an jour pour jour nous étions cantonnés dans nos murs. Celui ou celle qui avait la chance d’avoir un jardin ou un balcon était béni. Nous n’osions plus sortir de chez nous. Enfin, personnellement, je me suis clairement demandée si nous n’étions pas dans le dernier film à grands effets spéciaux américains avec la fin du monde comme seule alternative. L’heure de sortie limitative quotidienne a été un vrai enfer. Des milliers de personnes sont partis en un battement de cils par la faute de ce foutu virus. On espérait, nous étions soudés et unis. Je parle un peu au passé car j’ai le sentiment que beaucoup de belles valeurs, sont une fois de plus parties aux oubliettes, enfin pour certains. La vaccination et les travaux des laboratoires étaient dans les espoirs de beaucoup pour contrecarrer la pandémie.

Puis les premiers vaccins sont arrivés en fin d’année 2020. Des opérations massives de vaccinations ont commencé, essentiellement en Grande-Bretagne et en Israël. La vaccination a commencé en France le 18 janvier avec des vaccins de types Arn Messager, des laboratoires Pfizer et Moderna. Depuis de nouvelles catégories de personnes se sont vu ouvrir le droit à la vaccination, avec l’arrivée du vaccin du laboratoire Astra Zeneca et dont la technlogie est différente.

Des abonné(e)s ont donné leurs avis positifs quant à la vaccination. Voici quelques extraits de leurs témoignages.

« POUR si cela peut nous débarrasser clairement de ce foutu virus mais au départ j’étais contre » S.

« Pour protéger les miens » M.

« POUR, c’est un geste citoyen, on le fait pour soi mais aussi pour les autres » F.

« Je me fais vacciner Lundi » F.

« Asthmatique et vivant avec ma père qui a déjà eu des problèmes, je pense que ça n’en nous fera pas plus de mal que ce que pourrait nous faire le Covid » B.

« En vue d’une réouverture du restaurant dans lequel je travaille, les clients vont enlever leur masque donc je souhaite être vaccinée pour les protéger un peu plus avec l’espoir de ne plus mettre le masque et leur sourire…me dire que je risquerai moins aussi. Certes, le vaccin a été très vite sorti mais depuis combien de temps les scientifiques travaillaient sur les virus de type corona? Très longtemps. Donc si j’ai la possibilité de me faire vacciner je le ferai. Et, est-ce que ce ne sera pas obligatoire pour voyager? Ceux qui disent que ce n’est pas normal ne se rendent pas compte. Il y a déjà des vaccins obligatoires, comme le paludisme par exemple. Bon bon à un moment…

« Professionnelle de santé, je suis déjà vaccinée, je pense qu’il faut le faire pour s’en sortir ». A.

« Pour ma santé, mais surtout pour celle des autres pour un avenir meilleur » E.

« C’est déjà fait! » J.

« Pouuuuuuuur, à fond putain » M.

LES INDECIS

Ils ont plus que jamais le droit à leur place dans cette revue. Pour la plupart ils sont confiants en l’avenir.

J’ai le sentiment que la majorité des personnes encore indécises aujourd’hui sur la vaccination manque clairement d’informations essentielles précises et éclairées. Je peux aussi les comprendre. Nous nous retrouvons noyés dans une masse d’informations quotidiennes. Les gens entendent tout et son contraire à longueur de journée. La preuve en est encore ce qui vient de se passer avec la suspension du vaccin. Cet événement si soudain m’a fait passé par une multitude d’émotions. La situation a basculé une nouvelle fois, plus vite qu’il ne faut de temps pour le dire. Un an quasi jour pour jour après le début de cette lutte acharnée contre le virus.

« Les fesses entre deux chaises mais pas effrayée » A.

« Je ne suis ni pour ni contre la vaccination. Je pense qu’on est mal informé sur la vaccination. J’arrive pas à me prononcer dessus ».

« L’impression que le vaccin ne va pas être efficace sur les variants et du coup qu’on va perdre cette idée d’immunité collective. Mais bon, je pense le faire quand même »

MON EXPÉRIENCE PERSONNELLE

Comme vous le savez surement, je suis atteinte d’une pathologie chronique rare depuis l’adolescence. La maladie me contraint à prendre un traitement immunosuppresseur lourd, ce qui fait de moi une personne dite « fragile ». La reine pour développer des trucs et faire des complications (les vrais savent) comme beaucoup d’autres jeunes aussi. Je le précise car il n’y a pas que les « vieux » (j’ai horreur de ce mot) qui peuvent être sensibles aux virus quelqu’ils soient.  

Photo de Anna Tarazevich sur Pexels.com

Dans mon cas personnel, l’espoir réside dans la vaccination. C’est mon avis, subjectif, qui fait appel à mon parcours, mon éducation. C’est un tout réfléchi murement. Je ne suis ni chimiste ni biologiste. Mais j’ai fait des études scientifiques dans ma jeunesse, je lis et m’informe beaucoup via différents médias. Une multitude d’études officielles est disponible en ligne.

A mon sens, la Vaccination est un levier d’action, si ce n’est l’unique levier d’action qui permettrait de freiner la propagation du virus et de limiter les formes graves et donc une augmentation constante du nombre de décès par Covid-19. On parle, quasi uniquement des chiffres directs mais il ne faut pas oublier que des pertes indirectes liées au Covid sont déjà et seront à prévoir (dans le sens où on ne meurt pas de la covid à proprement parler mais de ses conséquences). Cela vaut pour l’angle sanitaire et aussi pour l’angle psychologique et économique.

Je vais même au delà ce soir car au fond de moi je suis en colère. L’annonce de la suspension des vaccinations est venue réveiller en moi un sentiment de colère profond. J’imagine parfaitement la réaction des personnes déjà vaccinées. Si la Haute Autorité de Santé a pris le temps nécessaire avant de valider l’entrée du produit sur le marché français c’était bien pour que ce genre de situation ne se produise pas? Lorsque l’on regarde clairement les chiffres fournis ce soir, le pourcentage de personnes touchées par des complications des suites directes de la vaccination n’est pas prouvé. Le pourcentage est infinitésimal.

Si il y a bien quelque chose que j’ai appris grâce à ma pathologie et les traitements lourds que j’ai pris et/ou prends encore (biothérapie, immunosuppresseurs, chimiothérapie, cortisone….) c’est la capacité de résilience de l’être humain lorsqu’on lui explique clairement les risques et surtout qu’on lui apporte la balance du bénéfice/risque. A titre d’exemple clair – lorsque j’ai commencé mes traitements de bio-thérapie on m’a clairement informé qu’ils pouvaient provoquer des effets indésirables, des plus anodins aux plus dangereux. J’ai, en toute conscience, accepté. Je préfère largement devoir subir les conséquences, peut être, c’est pas sur du tout, d’années de traitements, et avoir bien vécu. Avec ce traitement, je peux marcher, voyager, rêver. Si je ne l’avais pas je serais en fauteuil, souffrirais atrocement ou serais peut être surement déjà décédée.

Faire un choix au regard de la balance des bénéfices et des risques c’est exactement cela. Je pose exactement le même principe aujourd’hui face à la Covid-19. Si je dois avoir un vaccin pour retrouver ma liberté, profiter, rêver, je le ferai, de façon décidée et en pleine conscience je le répète. Vivre enfermée, dans mon appartement, à avoir perdu toute ma spontanéité, perdu ma liberté de vivre et d’aimer est simplement impossible.

Depuis mi Janvier, j’ai la tête dans le guidon avec cette histoire de vaccination. Obtenir son précieux sésame pour un rendez-vous relevant déjà du miracle. On ne remerciera jamais assez notre administration et ses procédures aussi longues que mes deux bras réunis.

Dans la pratique, j’ai eu un rendez-vous très rapidement avec ma médecin. Après un jeu de ping pong avec des effets secondaires à contrôler, mon dossier est passé entre les mains de pas moins de trois spécialistes différents. Puis j’ai eu le feu vert de la part du corps médical. Je me sens prise en charge et on fait tout pour que je sois informée et éclairée. Je remercie encore mon médecin pour cela.

Bref, je me fais vacciner cette semaine, en ayant ce sentiment d’entrer dans un rouleau compresseur ou le caisson d’une machine en mode essorage tellement les émotions sont fortes sur ce sujet..

Céline

Une réflexion sur “Un an après l’arrivée de la Covid-19 : être pour ou contre la vaccination en 2021

Laisse un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.